Financer son investissement locatif

Emprunter est le meilleur moyen pour financer un investissement locatif. De cette façon, vous pouvez acquérir un bien immobilier qu’il serait impossible d’acheter par vos propres moyens. Et même qu’on peut considérer que l’investissement locatif est le seul placement qui se finance par un prêt auprès des banques. En effet, il n’est pas envisageable d’obtenir un prêt bancaire pour un achat d’actions sociétales par exemple. Plus d’informations : http://www.toppret.com.

Tout d’abord, il faut bien choisir avant de faire un achat locatif. Votre bien à louer doit répondre à une demande. Il est important donc de connaitre si le bien que vous achetez se situe dans une ville où il règne une demande locative importante. Soyez alors sûr d’avoir des certitudes et des connaissances sur le marché dans lequel vous investissez. Pour ce qui est du financement, le prêt immobilier se fait de plus en plus. Il est indéniable qu’il y a un résultat satisfaisant dans le marché en question. On a pu voir une rentabilité globale du placement immobilier supérieure au coût de l’emprunt, ce qui offre un profit considérable.

L’avantage de l’emprunt, c’est que vous pouvez également garder votre cash comme épargne. Il se peut que loyer que vous percevez ne couvre pas la totalité de la mensualité de crédit, alors vous pouvez consacrer une certaine somme de votre réserve pour combler le manque.

Les différents prêts immobiliers

On rencontre aujourd’hui de nombreux types de prêts immobiliers selon l’habitation en question, la qualité du logement (neuf ou ancien) ainsi que la situation personnelle de l’emprunteur. En savoir plus : http://www.toppret.com/credit-immobilier-nice-cannes/.

Tout d’abord, il y a le prêt amortissable ou la forme de prêt immobilier classique. Il est globalement remboursable par échéances mensuelles. La mensualité comprend un capital ainsi que des intérêts. Sa durée est variable et négociable avec l’établissement bancaire. De même pour le taux d’intérêt, il peut être fixe, variable ou modulable. D’un côté, il faut faire bien attention si on veut faire un prêt amortissable dans le cadre d’un investissement locatif. D’un autre côté, c’est la meilleure façon d’investir dans le neuf.

Ensuite, nous avons le prêt in fine dont la mensualité comporte seulement les intérêts et l’assurance. Pour ce qui est du capital, il est remboursé intégralement lors du dernier remboursement. C’est un bon investissement locatif, car il permet de déduire les intérêts d’emprunts des revenus locatifs et de diminuer alors l’imposition. Pour que le crédit puisse bien être géré, il faut constituer le capital avec l’épargne au fur et à mesure. De cette manière, il sera plus facile de réunir le dernier versement, car les mensualités sont faibles.

Il ne faut pas oublier le prêt conventionné, il s’agit d’un prêt aidé. En effet, il permet de bénéficier de l’Aide Personnalisée du Logement ainsi que de frais de notaire inférieurs aux crédits classiques. Pour ce genre de crédit immobilier, il n’y a pas de condition de ressources ni d’apport personnel venant de l’emprunteur. Cependant, le taux d’intérêt est généralement plus élevé que pour un prêt immobilier classique.

Évaluer sa capacité d’investissement

Avant d’entreprendre un projet immobilier, il vaut estimer sa capacité d’investissement ou plus précisément sa capacité d’emprunt. Il s’agit de déterminer la valeur du bien que vous pouvez acquérir en observation de vos revenus et vos charges avec votre apport personnel. C’est donc la somme maximum de crédit immobilier que la banque pourra prêter au particulier.

Pour déterminer la capacité d’emprunt, on doit examiner la somme dont on dispose en dehors de l’emprunt, ensuite la valeur du bien à acheter, puis les revenus nets mensuels disponibles et aussi les taux d’intérêt moyens pratiqués généralement dans les banques. De plus, il ne faut pas oublier de prendre en compte vos charges récurrentes ou prévisibles. Ces dépenses peuvent correspondre à vos impôts par exemple.

Pour bien faire, il a été établi en règle générale que l’ensemble des mensualités de crédits immobilier ne doit surtout pas excéder plus du tiers des revenus mensuels. Et ce, pour garder un certain équilibre au niveau du budget de chaque mois.

Articles de la même catégorie :